Faire appel aux conseils d’un avocat fiscaliste

avocat fiscaliste

Que le type d’entreprise l’exige ou non, demander conseil à un avocat fiscaliste le moment venu est le seul choix possible. En particulier en ce qui concerne la fiscalité, les contributions et les paiements aux autorités fiscales, ce conseiller sera le représentant de l’entreprise dans les affaires et les litiges fiscaux et doit donc connaître la législation pertinente. Mais vous devez vous informer sur l’avocat salaire.

La formation d’un avocat fiscaliste en bref

En règle générale, après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit, un aspirant avocat doit commencer une période de pratique, appelée pratique juridique, dans le cabinet d’un autre avocat fiscaliste enregistré depuis au moins cinq ans. Cette période est nécessaire pour mettre en pratique ce qui a été étudié pendant les années universitaires. À la fin de cette période, qui dure généralement 18 mois, l’aspirant avocat doit passer l’examen d’État pour devenir avocat. Après avoir réussi l’examen, l’avocat reçoit le « certificat d’éligibilité », qui lui permet d’exercer sa profession.

Par la suite, il pourra décider de travailler pour une autre entreprise afin d’acquérir l’expérience nécessaire pour créer sa propre entreprise et devenir indépendant ou de se lancer immédiatement en tant que freelance. Rendez-vous sur ce site spécialisé pour plus d’infos sur l’avocat fiscaliste salaire et le salaire avocat.

Que fait un avocat fiscaliste ?

Il semble évident que l’avocat fiscaliste doit être un expert en matière de fiscalité et d’impôts. En particulier, ses fonctions comprennent : résolution des litiges en matière de fiscalité et d’impôts ; activités extrajudiciaires, c’est-à-dire conseils en matière de fiscalité et d’infractions connexes. Il doit être capable de donner des avis et de fournir une assistance juridique variée. Il/elle est responsable des comptes de l’entreprise et du paiement des cotisations ; doit pouvoir interpréter les lois fiscales italiennes et étrangères. Doit être familier avec les lois fiscales nationales et internationales ; doit être familier avec les différents systèmes fiscaux et la fiscalité des différents pays européens.

Analyser les revenus et les chiffres d’affaires de l’entreprise afin d’établir des états des montants que l’entreprise doit payer à l’État. Représente les entreprises dans les litiges devant les chambres fiscales. Vérifie que l’entreprise qu’il représente est à jour de toutes ses obligations fiscales. Agir en tant que défenseur technique et fiscal. Il est tenu de se mettre constamment à jour en matière de réglementation et de législation fiscale.

Comment choisir un avocat fiscaliste : caractéristiques

Étant donné la nature délicate du travail de l’avocat fiscaliste, il est bon de choisir un professionnel capable de nous représenter en cas de litige et à qui nous pouvons confier des situations délicates et épineuses. Le choix doit être fait sur la base de certains critères :

Confiance : il est essentiel que vous établissiez une relation de respect mutuel avec votre représentant légal. En effet, ce dernier doit être en mesure de bien comprendre la situation afin d’assumer une position stable et de pouvoir conseiller sur la bonne marche à suivre.

Préparation et expérience : il est conseillé de faire appel à un consultant qui connaît bien le sujet et qui a au moins 10 ans d’expérience dans le secteur.

Honnêteté et professionnalisme : il est fondamental que notre consultant soit honnête et professionnel. Il doit être en mesure de conseiller la solution la plus appropriée au problème et de représenter l’entreprise du début à la fin du litige.

Il doit être constamment informé des évolutions réglementaires et des nouvelles lois et modifications du monde de la fiscalité. L’avocat fiscaliste doit défendre les intérêts de son client et éviter les situations désagréables en termes de légalité. Il doit être précis, et la précision est une compétence indispensable. Compte tenu du type de matériel qu’il doit traiter et des documents qu’il doit analyser, l’avocat fiscaliste doit être méthodique et avoir le sens du détail.

L’avocat spécialisé en fiscalité internationale

Un avocat spécialisé en fiscalité internationale est indispensable pour les multinationales ou les entreprises qui exercent des activités à l’étranger de manière régulière ou occasionnelle. Il est essentiel que l’entreprise dispose de cette figure de référence, qui connaît parfaitement les lois sur la fiscalité internationale et les contrats internationaux, et qui est donc en mesure de guider l’entreprise dans la gestion de ses relations avec les pays étrangers sans commettre d’erreurs juridiques et sans s’attirer des ennuis. Les types de conseils qu’un avocat spécialisé en fiscalité internationale peut offrir aux entreprises et aux particuliers : conseils sur la TVA et les autres taxes ; analyse de la fiscalité étrangère ; conseils sur les contributions étrangères.

L’avocat fiscaliste travaille donc pour le compte d’entreprises et de particuliers. Représentant des particuliers, le fiscaliste salaire n’est pas fixe, mais est rémunéré en fonction de ses performances. En général, comme dans le cas des avocats établis et connus, si le nombre d’entreprises qu’ils représentent est très élevé, les honoraires pour les services peuvent être très élevés. Un avocat débutant, en revanche, devra se battre un peu avant de pouvoir obtenir un salaire adéquat.

Le même avocat pour des affaires différentes : est-ce bonne solution ?