Elever seul un ou plusieurs enfants : quelles sont les aides ?

Aujourd’hui, pas moins d’une famille sur cinq est monoparentale à cause d’une séparation, d’un divorce, d’un abandon et même de veuvage. Par conséquent, plus de trois millions d’enfants âgés moins de 25 ans sont en charge par un seul parent. La plupart sont les mères qui prennent la charge quotidienne des petits enfants. Ce n’est pas facile d’associer la vie professionnelle et la vie familiale, donc les pouvoirs publics ont prévu des aides financières pour soutenir les parents isolés.

Allocation pour parent isolé

Un monoparental qui vit seul avec un enfant ou plus a le droit à bénéficier des aides sous certaines conditions. L’une de ces aides est l’allocation de soutien familial ou l’ASF, elle est soutenue par RSA. Cet aide famille est aussi réservé aux personnes qui recueillent et prennent en charge un enfant, comme les grands-parents qui auraient hébergé leurs petits-fils. Cette subvention est valable jusqu’à l’âge de 20 ans. Pour un parent seul, l’aide ASF est environ de 116 € par mois pour un enfant. Pour un enfant recueilli, le montant est 154,78 €.

Dans la situation où un parent est seul puisque l’autre parent exclut le paiement de la pension alimentaire, l’ASF est versé seulement pendant 4 mois à condition que la pension ne soit pas offerte depuis deux mois consécutifs. Cependant, une procédure judiciaire contre le parent qui refuse de payer doit être en cours à partir du 5e mois.

Des aides au niveau local

À part les aides nationales, les CAF proposent des fonds d’action sociale dans chaque charge, ils distribuent des subventions à diverses structures comme les crèches ainsi que les aides financières individuelles envoyées instantanément aux familles. Principalement, les renforts sont donnés en fonction du quotient familial ou le distinct de l’administration fiscale. Une famille monoparentale peut accéder à des aides supplémentaires, telles que les chèques de loisirs, la scolarité, les vacances, l’aménagement du logement… Tous ces moyens dépendent d’une caisse à l’autre, donc il est important de s’informer auprès de sa CAF. À part, les départements et les communes peuvent prévoir des aides particulières, généralement attribuées selon le quotient familial des CAF. Il ne faut pas hésiter à réclamer ces fonds sans retarder parce que ces structures s’avèrent limitées.

Les personnes qui peuvent bénéficier des aides

Les parents seuls bénéficiaires du RSA peuvent avoir le « RSA majoré », anciennement appelé « RSA parent isolé ». Une femme enceinte dispose également la possibilité de solliciter le supplément RSA dès sa grossesse. Si l’enfant est âgé plus de trois ans, l’aide famille RSA (parent isolé) est payée seulement en 12 mensualités. Tant que l’enfant n’a pas trois ans, l’aide peut se toucher tous les mois, de la grossesse jusqu’à la troisième année.

 Une femme qui s’occupe seule de ses enfants (au nombre de 5) et qu’elle est sans travail, son revenu mensuel atteint à 1696,03 euros. Pour compléter les revenus familiaux, les allocations familiales et les aides au logement subsistent.

Les parents qui sont à la fois demandeurs d’emploi et élèvent seuls ses enfants moins de 10 ans profitent de l’Agepi. Ce support s’est mis en place pour aider les parents isolés à ne pas être bloqués à cause de la garde des enfants et pour qu’ils puissent suivre une formation au Pôle emploi.

Peut-on déduire les frais de santé de ses enfants dans la pension alimentaire ?
Adoption plénière, adoption simple que faut-il choisir ?